Les doubles cursus en santé

Les doubles cursus en santé

S’engager dans un double cursus est un parcours particulièrement enrichissant autant intellectuellement qu’humainement. Cela te permettra d’appréhender la médecine sous un nouvel angle et la faire avancer avec des projets de recherche. Néanmoins, il faut être conscient que devenir médecin-chercheur demande du temps, de l’énergie et beaucoup de volonté. Ce cursus est facultatif. Il est donc possible de s’arrêter quand tu le souhaites : pendant ou après le M1, le M2, le doctorat d’université. Il faut par contre obtenir son année pour valider les ECTS correspondants et recevoir son équivalence.

Dans cet article, nous reviendrons sur les doubles cursus Médecine/Sciences et Médecine/SHS. Il existe également un double un double cursus en Pharmacie, que nous ne développerons pas ici. Néanmoins, pour davantage d’informations,  nous t’invitons à consulter le site de l’ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) : un guide actualisé des double cursus y est disponible !

Double Cursus Médecine/Sciences

La faculté de médecine de l’UPEC propose depuis quelques années un cursus local de formation médecine-science : l’École Médecine/Sciences de l’UPEC. Ce parcours s’adresse à une dizaine d’étudiants très motivés qui seront sélectionnés au mois d’octobre de leur deuxième année de médecine. Les étudiants seront conseillés et guidés pour la constitution du dossier de candidature commun à l’école de l’INSERM et à l’école Médecine Science de l’UPEC par l’organisation d’UE spécifiques. Un programme d’accompagnement personnalisé est assuré pour chaque étudiant par l’équipe pédagogique tout au long du cursus. Le master 1 nécessite la validation de 60 ECTS répartis entre la DFGSM2 et DFGSM3. 

    Et donc concrètement, comment ça se passe ?

En DFGSM2, les étudiants choisissent des unités d’enseignement parmi celles des Masters 1 proposés à l’UPEC (Master Biologie-Santé et Master Santé) avec un minimum de 9 ECTS à valider. Ils suivront également des unités d’enseignement spécifiques à l’école de l’UPEC qui comporteront un stage destiné à l’analyse bibliographique et des séminaires scientifiques. 

En DFGSM3, les étudiants réaliseront un stage de 5 mois en laboratoire suivi d’un rapport de stage. 

À l’issue du master 1, une année de césure entre la DFGSM3 et la DFASM1 permet de réaliser un master 2. La faculté de médecine de l’UPEC propose 12 parcours de masters répartis dans 2 spécialités : Biologie-Santé et Santé. Il faudra ainsi déposer une demande de césure auprès de votre Université, la décision finale dépendra de la présidence de l’Université. Il est conseillé de regarder longtemps à l’avance les pré-requis nécessaires aux dossiers de césure afin de ne pas se retrouver pressé par le temps à la fin du dépôt des dossiers. De même, une administration prévenue à l’avance du projet peut être plus conciliante. La césure permet de conserver le statut d’étudiant, et les droits qui y sont liés (carte, bourses sur critères sociaux…) ; et surtout garantit la réintégration dans la filière l’année suivante ! 

NB : une réunion de présentation se tient généralement à la mi septembre : vous aurez l’occasion d’y rencontrer les professeurs et des étudiants d’année sup’ !

    Contacts 

École Médecine Science de l’UPEC

Notez également que nous avons la possibilité de vous mettre en contact avec les élèves des promotions supérieures ! Auquel cas, n’hésitez pas à nous envoyer un mail !

    Témoignage (Maxence, DFGSM3 2020/2021)

«J’ai entendu parler de ce double cursus pendant les vacances PACES/P2. J’ai choisi de m’engager parce que la science fondamentale m’avait toujours intéressé. Je n’avais jamais vraiment pensé à faire de la recherche, mais une fois que j’ai appris cette possibilité, cela m’a vraiment donné envie, de pousser le côté scientifique, de comprendre et aussi réfléchir. J’avais peur de « m’ ennuyer » en étant médecin, de voir toujours les mêmes maladies par exemple, et la recherche c’est un moyen de vivre quelque chose de totalement différent, mais qui reste dans le domaine qui m’intéresse. Les avantages de faire de la recherche ? Cela permet une véritable ouverture scientifique, de poser un regard différent sur les choses du quotidien, que ce soit des cours, des stages à l’hôpital. Cela permet aussi d’accéder aux postes universitaires à l’hôpital (Pu-Ph).Les inconvénients sont surtout liés à la charge de travail et le niveau d’implication que cela demande ! »

Double Cursus Médecine/SHS

A l’UPEC, il est également possible de faire une double licence Médecine/Philosophie. Si tu t’y inscris, tu devras seulement suivre les cours magistraux de philosophie à la Fac de Lettres, tu seras en effet dispensé d’aller aux EDs dédiés aux étudiants de Lettres.

Et donc concrètement, comment ça se passe ?

Pour s’inscrire à ce double cursus, il te faudra à la rentrée, en plus d’être inscrit(e) à la fac de Médecine, s’inscrire à la faculté des Lettres. Pour davantage d’informations en ce qui concerne les modalités d’inscription, nous t’invitons à te renseigner directement auprès de leur service de scolarité.

Tu suivras donc des cours magistraux, il te faudra alors produire un travail écrit et passer un oral à la fin du semestre pour valider ta licence. Une fois que tu auras validé ta L2, tu auras la possibilité de t‘inscrire en L3 philo pour l’année suivante. C’est un parcours prenant certes, néanmoins les difficultés ne sont pas insurmontables d’autant plus que la philosophie constitue un véritable plus dans notre formation médicale ! D’abord, c’est un nouveau mode de réflexion qui demande un esprit tout aussi carré et synthétique que celui dont on a besoin pour établir un diagnostic ! 

Au-delà de ça, un médecin, un pharmacien est une personne qui pratique un métier au cœur d’interactions humaines. Ces interactions sont une, si ce n’est la partie la plus importante du métier. Il est important de se recentrer sur le patient en tant qu’être humain. La philosophie te permettra ainsi de questionner les enjeux éthiques de la médecine.

Contacts

Si vous n’avez pas encore eu votre première année, ou que vous venez de l’avoir vous pouvez envoyer un mail à vinent.jorge@etu.u-pec.fr

Si vous avez déjà eu votre première année et que vous voulez vous inscrire, vous pouvez aussi envoyer un mail au professeur responsable du double cursus à poma@u-pec.fr mais il est souvent pris donc il peut mettre un peu de temps à vous répondre.

    Témoignage (Vincent, DFGSM3 2020/2021)

« Je me suis orienté vers ce double-cursus parce que j’adorais la philo en Terminale, que j’aime toujours ça et même plus probablement. C’est une vraie chance pour un futur soignant d’étudier les sciences humaines comme on peut le faire en philo. On comprend mieux certains aspects du monde contemporain ou même de la pratique scientifique/médicale que dans les (très) maigres cours d’éthique donnés pendant le cursus en médecine. Mais avant tout, je pense que j’avais un très fort attrait pour la philo (au moins aussi fort que pour la médecine), sans savoir exactement ce qu’étaient des cours de philo à la fac (exactement comme la médecine). Spoiler : la philo à la fac, ce n’est pas comme au lycée ! Les professeurs sont en général spécialisés dans un domaine particulier : philo des sciences, philo de la médecine, esthétique, philo politique, etc. 

Le principal inconvénient c’est que les cours de philo de L2 et L3 ont lieu en même temps que ceux de médecine. Autrement dit, il faut composer tout le temps entre la philo et la médecine pour réussir à suivre les 2 cursus comme il y aura des cours à la même heure, il faut faire des sacrifices. En vrai, les profs en philo sont assez compréhensifs, les ¾ de la classe sont en double licence histoire-philo, donc si vous leur expliquez, vous pouvez rater à peu près n’importe quoi (même les contrôles continus). En médecine, pareil, la scolarité ne compte pas votre présence ou non en ED obligatoire, il faut se débrouiller pour être au maximum de contrôles continus et à chaque cours d’anglais bien-sûr. Toutes ces difficultés d’emploi du temps, sont quand même plutôt facilitées mais il faut avoir l’autonomie de prévenir les profs et la scolarité car personne le fera pour vous ! 

 Autre chose qui peut être un inconvénient, c’est la charge de travail. Dès le début de la deuxième année, il va falloir être sur un bon rythme. Il n’est pas spécialement difficile de valider une licence de philo (c’est même plutôt facile si vous êtes attentif et pas bêtes, personne dans ma promo de philo n’a eu de rattrapage en 2 ans), mais c’est quand même presque le double des matières d’un étudiant en médecin !

 Pour ce qui est des avantages, il y en a énormément mais je suis probablement biaisé. Comme je disais plus haut, déjà vous allez acquérir des connaissances que les étudiants en médecine n’acquièrent pas forcément mais qui peuvent être assez utiles en médecine que ce soit sur la perception du corps, des liens entre médecine et magie, sur la façon de réfléchir en éthique. Toutes ces connaissances vous seront forcément utiles à un moment de votre vie professionnelle. 

Il y a également l’avantage d’un brassage, car les cours sont à la fac de Lettres sur le campus centre avec des étudiants qui ne sont pas en médecine donc qui ont des centres d’intérêts complètement différents. La majorité des étudiants de ma promo font même une double licence histoire-philo donc on se pousse au dépassement mutuellement et j’ai appris pleins de petits trucs en histoire juste en parlant avec eux, etc… Enfin dernier avantage que je pourrais donner (mais il y en aurait bien d’autres) c’est que la licence de philo vous ouvre beaucoup de portes de diplôme parallèles à la médecine que vous pourriez avoir autrement mais avec plus de difficultés notamment les M2 recherches en sciences humaines ou science po’ par exemple (si votre rêve c’est d’être ministre de la santé qui sait).  »

Article rédigé par Camille BUI, tutrice OREO 2020/2021